L’euro qui fâche

Bernard Bloch, président de la section foot de l’AS Électricité de Strasbourg, s’insurge contre la nouvelle politique sportive de la Ville (DNA du 5 mars 2016). 

Mesure contestée : le paiement d’un euro par heure d’occupation d’un équipement sportif. Le dispositif sera débattu au prochain conseil municipal, le 21 mars. Extrait de la conclusion de l’article publié dans les DNA le 11 mars 2016.

« Tout travail mérite salaire, dit-on. Pour les bénévoles, tout travail associatif offert semble mériter taxation. A l’heure où le bénévolat est devenu une rareté, à l’heure où le vivre ensemble est une valeur recherchée, à l’heure où le sport représente un enjeu de santé publique et de cohésion sociale, nombreux sont les clubs qui s’estiment visés et attaqués par les annonces de collectivités en mal d’économies. Oui, les clubs peuvent aider des citoyens, et même des bénéficiaires du RSA, à mieux vivre tous ensemble. Mais non, les bénévoles ne sont pas les délégataires gratuits de tous les services publics de l’État. Et non, les clubs ne peuvent pas non plus continuer à être asphyxiés financièrement. Signé par l’un des nombreux présidents de clubs sportifs de la Ville, toujours autant enthousiaste mais passablement énervé. »

Lire l’article complet